Salomon (810/820 - † 874)

Salomon 1er, fils de Riwallon, comte du Poher, est le dernier roi de Bretagne de 857 à 874.

A partir de 843, le roi des francs, Charles le Chauve, monte trois expéditions contre la Bretagne, mais sans aucun succès. En 845, il doit fuir jusqu'au Mans après la déroute de Ballon (Sarthe) et conclut un premier traité avec le chef breton Nominoë. Le 25 août 851, l'armée conduite par Charles le Chauve est défaite lors de la bataille du Jengland, sur la rive gauche de la vilaine par Erispoë, fils de Nominoë. Pour limiter l'avancée bretonne, le roi doit faire d'énormes concessions et conclure un nouveau traité avec le chef breton. Ainsi en octobre 851, Erispoë devient le vassal du roi en échange des comtés de Nantes et de Rennes ainsi que du vicariat de Retz et surtout il obtient le titre et les insignes de roi.

Salomon est couronné roi de Bretagne en 857, après avoir assassiné son cousin Erispoë, dont il n'approuve pas le rapprochement avec la Francie occidentale. Si son accession à la tête de la Bretagne marque l'épanouissement du royaume breton, notamment par son extension territoriale, son règne est aussi une période de conflits avec Charles le Chauve. Ainsi en 863, par le traité d'Entrammes (Mayenne), il acquiert en échange de la paix le territoire d'« Entre deux rivières », c'est-à-dire la région comprise entre la Sarthe et la Mayenne. Les relations entre le roi de Bretagne et le roi des Francs occidentaux restent houleuses les années suivantes, alternant différends et réconciliations. En 867, le traité de Compiègne lui concède le Cotentin, l'Avranchin ainsi que les îles Anglo-normandes. La Bretagne atteint alors son extension géographique maximale.

En 872, associés, Charles et Salomon s'engagent à attaquer ensemble les normands retranchés dans la ville d'Angers. Ces derniers se sentent acculés et acceptent de quitter la ville contre une forte somme d'argent. Avec le renforcement de sa politique royale, Salomon doit faire face à une agitation de l'aristocratie et comme Erispoë, il est assassiné, en juin 874. Il est inhumé dans le monastère de Plélan (Ille-et-Vilaine) ou dans celui de Saint-Maixent (Deux-Sèvres).

Parmi ses pouvoirs régaliens, Salomon obtient le droit d'émettre des monnaies d'or et d'argent. C'est de cette période que datent les premières monnaies bretonnes. Il s'agit d'imitations, c'est-à-dire qu'elles sont au type et à la titulature de Charles le Chauve, mais frappées sous autorité bretonne. Émises vers 860-870, les pièces ci-dessous ont peut-être été produites pour payer le tribut en vue de la libération d'Angers. On se réfèrera à l'article de Gildas Salaün « Une nouvelle pièce des rois de Bretagne », paru dans les annales 2004 de la SBNH pour plus d'information.



Denier
Billon
1,60 g - 20,5 mm
Atelier : Nantes
Réf. : Bigot 57


+ GRATIA D-I REX
 Monogramme carolingien : K, R, L, S.
+ NAMNETIS CIVITAS
Croix pattée.

Aspect général : cassée en deux, légère faiblesse de frappe, quelques concrétions noires.

Collection de l'auteur - provenance : trouvée à Montargis, Loiret (45)



Denier
Billon
1,50 g - 20,5 mm
Atelier : Rennes
Réf. : Bigot 60
+ GRATIA D-I REX
 Monogramme carolingien : K, R, L, S.
+ HREDONIS CIVITAS
Croix pattée. Le O est en croisette.

Aspect général : quelques concrétions blanches et brunes.

Collection de l'auteur - provenance : Mr Fabien Maillet

1 commentaire:

Michel LESCOUËT a dit…

la monnaie de Bretagne au fil du temps

Enregistrer un commentaire